Nos As de l'Aviation dans la Grande Guerre

Publié par Pierre MILLET

Page 87 de l'Almanach illustré du Petit Parisien 1918 (Collection personnelle)

Page 87 de l'Almanach illustré du Petit Parisien 1918 (Collection personnelle)

L'apparition de l'aviation militaire lors de la Grande Guerre a donné une nouvelle dimension à ce terrible conflit. L'aviation en était encore à ses tous premiers débuts. La guerre lui a permis de faire des progrès fulgurants d'un point de vue militaire, technique et technologique.

La légende des As de l'aviation est ainsi née. Côté Français, les plus célèbres furent Guynemer (tué au combat en 1917) et Nungesser disparu quelques années plus tard avec Coli en tentant de rejoindre l'Amérique du Nord à partir de l'Europe.

Côté Allemand, on connaît surtout la légende du fameux Baron Rouge, Manfred von Richthofen, qui fut abattu le 21 avril 1918 après un combat contre une Escadrille de la Royal Air Force.

On connaît, par la suite, notamment lors de la Seconde Guerre Mondiale, l'importance que l'essor de l'aviation militaire apporta dans les conflits modernes.

Histoire de l’Aviation militaire

Octobre 1909 : Achat des 5 premiers aéroplanes
Novembre 1911 : les aéroplanes sont désormais appelés « avions » en hommage à Ader et portent une cocarde tricolore sous les ailes.
Janvier 1912 : instauration du carnet de vol.
Mars 1912 : Loi définissant l’organisation de l’Aviation Militaire Française.
14 Juillet 1912 : Le drapeau de l’Aéronautique est remis aux aviateurs par le Président de la République.
 
À la veille de la Guerre :
  • En France : l’Aéronautique militaire rassemble 162 avions répartis en 23 escadrilles
  • En Angleterre : 272 avions dont 73 au sein du BEF
  • En Allemagne : 244 avions répartis en 41 escadrilles (et 9 Zeppelins)
Le général JOFFRE et le colonel BARÈS sont considérés comme les « pères » de l’Aviation militaire.
Elle a 3 missions principales :
  • La reconnaissance (visuelle et photographique)
  • Le bombardement
  • La chasse

                                       Bilan aéronautique

Pays

Avions à l’Armistice 1918

Avions produits durant la guerre

Pertes

France

11 836

51 700

5 533

Grande- Bretagne                

 4 490

55 092

8 200

Allemagne

 2 940

38 000

7 780

États-Unis

   740

11 000

 

 
L’aviation en France :
  • 1914 : 25 escadrilles
  • 1918 : 258 escadrilles (90 000 hommes)
  • Pendant toute la guerre : 16 825 pilotes brevetés
 
    Liste de nos "AS" classés d'après le nombre de leurs victoires
                         Chiffres arrêtés au 15 Septembre 1917
Noms Noms Noms Noms 
Guynemer53Tarascon11Loste7Derode6
Nungesser30Ortoli11Vitalis7Delorme5
Dorme23Lufberry (US)10Languedoc7Gastin5
Heurteaux21Chaînat  9Douchy7Hauss5
Deullin17De La Tour  9Auger7Bloch5
Pinsard16Matton  9René Doumer7Régnier5
Madon14Casale  8Flachaire7Grandmaison5
Navarre12Viallet  8Martin6Boyau5
Chaput12Sauvage  8Soulier6Marcel Hugue5
Jailler12De Rochefort  7Fonck6Borzecky5
Lenoir11Sayaret  7De Bonnefoy6Rousseaux
5

Source : L'Almanach Illustré du Petit Parisien 1918.

Quelques As Français de l'aviation tués à la Guerre (liste arrêtée à Septembre 1917)
NomsGradeÂgeDate dcLieuDép.Pays
AUGER AlbertCapitaine    2828/07/1917Dunkerque   59 
DELORME AndréS/Lieutenant    2714/01/1917Cuperly  51 
DORME RenéS/Lieutenant    2325/05/1917Nogent l'Abesse  51 
DOUMER RenéCapitaine    2926/04/1917Bourgogne  51 
GUYNEMER GeorgesCapitaine    2211/09/1917Poelkapelle Belg.
HAUSS MarcelMal des Logis    2615/02/1917Vadelancourt  55 
LE COUR GRANDMAISON DidierCapitaine    2810/05/1917Berry-au-Bac  02 
LENOIR MaximeAdjudant    2725/10/1916Hardaumont  55 
PÉGOUD Célestin dit Adolphe S/Lieutenant    2631/08/1915Belfort  90 
ROCHEFORT (de) HuguesS/Lieutenant    2623/09/1916Vermand  02 
SAUVAGE JeanSergent    1907/01/1917entre Biaches et Péronne  80

 

Noter que René DOUMER est l'un des fils du futur Président de la République Paul DOUMER.
 
Sources : L'Almanach Illustré du Petit Parisien 1918 et SGA-Mémoire des Hommes.
Tombe (provisoire) de Adolphe PÉGOUD tombé près de Belfort le 31 Aout 1915 (Collection personnelle de C. MAZIER qui me l'a aimablement confiée).

Tombe (provisoire) de Adolphe PÉGOUD tombé près de Belfort le 31 Aout 1915 (Collection personnelle de C. MAZIER qui me l'a aimablement confiée).

Célestin dit Adolphe PÉGOUD, Sous-Lieutenant Aviateur au 1er Groupe d'Aviation, Escadrille MS 49, était né le 13 Juin 1889 à Montferrat (Isère).

Il portait le numéro matricule 897 à son recrutement à Bourgoin (Isère) Classe 1909.

Adolphe PÉGOUT fut le 1er homme à sauter en parachute depuis un avion monoplace. il fut aussi le précurseur de la voltige aérienne en 1913 et premier as comptant 6 victoires au cours de la première guerre mondiale.

Il est décédé le 31 Août 1915 près de Belfort d'un accident d'avion en Service (selon le site Mémoire des Hommes). Une autre source indique : "Adolphe Pégoud trouva la mort le 31 août 1915 en combat aérien. Au cours d’une mission de reconnaissance au-dessus de la région de Belfort, il avait repéré un Taube d’un nouveau modèle, fortement blindé ; deux fois de suite, Pégoud essaya de l’abattre, mais ses balles rebondissaient sur le fuselage." Voir ici.

 

Remise de décorations à l'Escadrille Guynemer-Védrines (Division N) suite à une citation à l'ordre de l'Armée - BOURDEAUDUCQ Arsène 1er à droite, Mécanicien - un cousin éloigné de mon épouse. (collection personnelle)

Remise de décorations à l'Escadrille Guynemer-Védrines (Division N) suite à une citation à l'ordre de l'Armée - BOURDEAUDUCQ Arsène 1er à droite, Mécanicien - un cousin éloigné de mon épouse. (collection personnelle)

BOUDEAUDUCQ Arsène (à gauche) mécanicien à l'Escadrille de Guynemer-Védrines (Division N) à côté de son avion et sans doute son pilote le sergent Octave LAFAY. (collection personnelle)

BOUDEAUDUCQ Arsène (à gauche) mécanicien à l'Escadrille de Guynemer-Védrines (Division N) à côté de son avion et sans doute son pilote le sergent Octave LAFAY. (collection personnelle)

Publié dans 1914-1918, Aviation, Historique